Il n'y aura pas de projection de "Dom Alexis, le chant des pierres" à Boquen. Du moins pas tout de suite. Peut-être, un jour, on ne sait quand, ni avec quel soutien… Il y avait deux occasions cet automne : les journées du Patrimoine, 19 et 20 septembre (chaque année, de nombreux visiteurs à l'abbaye) ; la célébration du Cinquantenaire de la consécration de l'abbaye (et de la mort du Père Alexis), 3 et 4 octobre.

Denise Vincent, qui dirige actuellement la Communauté du Chemin Neuf à Boquen, avait elle-même envisagé l'une ou l'autre hypothèse. Après visionnage en groupe (une vingtaine de personnes, soit la branche Bretagne du Chemin Neuf), il s'est avéré que notre film « manque d'une dimension chrétienne », et n'est « pas assez religieux ».

Pas question donc pour la Communauté, qui veille de près à son image, de montrer ce film à Boquen, malgré la qualité reconnue des témoignages qu'il présente. Idéalement, il aurait fallu, toujours selon Denise Vincent, compléter "Dom Alexis" par autre chose, un autre film… qui n'existe pas ; afficher un autre point de vue, purement chrétien. Si le Chemin Neuf avait produit notre film, il est probable qu'il eût été sensiblement différent de ce que nous avons fait.

 

Tout cela est assez désolant. Denise Vincent, que j'ai eu au téléphone encore cette semaine, affirme qu'elle reste ouverte à l'idée d'une projection du film, plus tard, l'année prochaine… J'ai bien peur que cette idée peine un peu à se réaliser, au vu du peu d'enthousiasme dont fait preuve la Communauté. Au fond, c'est une suite assez logique de l'accueil plutôt réservé qu'on nous a fait au moment du tournage, au printemps 2013.

"Dom Alexis" hors les murs… Un clin d'œil de l'histoire ? En 1936, Dom Alexis arrivait seul dans les ruines de Boquen, banni de l'Ordre Cistercien. Il relève le bâtiment, refonde une communauté. Cinquante ans après sa mort, un film rend compte de cette fantastique aventure, avec ses ombres et ses lumières, sans verser dans l'hagiographie ou le catéchisme, en donnant toute la dimension humaine de la vie des moines. Et c'est à ce film, le nôtre, qu'on ferme aujourd'hui poliment la porte.

 

A bientôt pour de nouvelles aventures. Il est toujours question d'une ultime (?) projection parisienne aux Trois Luxembourg, la date n'en est pas encore fixée, octobre ou novembre, on va essayer d'en faire quelque chose de beau. On essaie d'avancer aussi sur le DVD. Patience…

 

Amitiés,

François Gorin et Bruno Vienne